Challenge contre l'homophobie #1

Et bien, encore un moment sans nouvelle sur mon blog. Plus beaucoup de temps pour écrire, mais j'en prends mon parti...

Si je reviens vers vous aujourd'hui, c'est pour partager mon premier billet pour le Challenge Contre l'Homophobie 2017. D'ailleurs ça tombe bien puisque la Marche des Fiertés était ce week-end, je suis donc parfaitement dans le timing.

Pour la première fois j'ai fais une lecture commune. Bon je n'ai pas été super douée pour l'organisation, mais je ne peux que m'améliorer (et la prochaine fois je n'organiserai pas une lecture commune à un moment où je n'ai Internet que de manière sporadique).

Bref, j'avais proposé 3 titres et les filles, alias Tornado et Pat, étaient motivées par Le Secret de Grayson d'Ami Polonsky, publié en 2016 chez Albin Michel.


L'histoire est celle de Grayson, en 6ème dans un collège de Chicago, elle a de plus en plus de difficultés avec l'image qu'elle renvoi aux autres. En effet, Grayson est née fille dans un corps de garçon. Et son imagination ne suffit plus à la tromper suffisamment pour qu'elle arrive encore à s'accepter. Suite à une déception amicale supplémentaire, plutôt que de se renfermer comme à chaque fois, Grayson décide de s'inscrire au club théâtre et de passer une audition.

A la fin de ma lecture, je me suis sentie mi-figue mi-raisin. Sympa, mais pas emballée non plus. Du moins pas autant que l'an dernier quand j'ai lu Cette fille c'était mon frère, pour le même challenge, et sur le même sujet du trans genre. J'ai donc voulu digérer un peu ma lecture avant d'en parler, d'autant plus que les avis que j'avais pu lire jusque là étaient tous excellents. Je m'attendais à devoir défendre mon avis mitigé auprès de mes partenaires de lecture, mais il semblerait que nous soyons plutôt sur la même longueur d'ondes.


J'ai aimé ce roman, parce que j'ai trouvé le personnage de Grayson très attachant. L'écriture est facile et agréable, et à partir de 10 ans bon lecteur ou de 12 ans, il n'y a aucun problème pour lire et prendre du plaisir à lire ce livre. Aucune difficulté de texte, ni de sujet. J'ai beaucoup aimé aussi la lente métamorphose de Grayson, qui prends de plus en plus d'assurance grâce au théâtre, même s'il s'agit, aussi, de la discipline qui la confronte à la cruauté et aux moqueries. C'est par le théâtre qu'elle sort doucement de son secret, c'est par le théâtre qu'elle s'expose et se retrouve vulnérable. D'ailleurs quoi de plus normal que ce soit par le théâtre, pour quelqu'un qui passe sa vie à jouer un rôle qu'on lui donne? Née garçon, elle doit avoir les attitudes, les goûts et les amitiés des garçons. Elle passe donc son temps à jouer le rôle d'un garçon. Il est donc tout à fait logique que ce soit par l'obtention d'un rôle féminin dans la pièce de fin d'année, qu'elle puisse trouver un moment pour être elle même et ne plus jouer la comédie.


D'un autre côté je suis sortie un peu déçue de cette lecture. Tout d'abord concernant les personnages qui entourent Grayson. Il y a ceux qui ont peur, qui n'aiment pas la différence et qui, du coup, la rejette. La plupart du temps en l'humiliant, parce que c'est le meilleur moyen pour eux de combattre leur peur. Ok je comprends bien le principe, et c'est d'ailleurs un combat qu'il est important de montrer, celui contre la bêtise de ses condisciples. Pour beaucoup il s'agit de garçons de son âge, et d'adultes (en majorité des femmes). D'un autre côté il y a... je pense que ce sont ceux qui soutiennent Grayson dans sa prise de conscience et dans sa transformation. Sauf que ces personnes (surtout des filles de son âge, et son professeur de théâtre), n'exprime pas de soutient. A part des lettres, il n'y a personne pour soutenir ouvertement Grayson en lui prodiguant des paroles bienveillantes et encourageantes. Les soutiens de Grayson se contentent de faire comme si de rien n'était. Et du coup Grayson est sans arrêt dans le questionnement sur ce que les autres pensent d'elle. (D'ailleurs je dis tout le temps "elle", alors que Grayson se dit fille mais se pense au masculin... problème de traduction? Autre point qui contribue à faire pencher la balance dans le bof.) En fait je pense que le plus gros problème du roman vient de son titre en français qui n'est pas en adéquation avec son cœur, et qui nous donne une fausse attente. Ainsi en lisant le Secret de Grayson je pensais que j'allais lire un roman qui parlerait de la souffrance et de la bataille pour s'affirmer, je pensais que j'allais apprendre des choses sur les difficultés de la transidentité. Mais le titre en anglais c'est Gracefully Grayson, un jeu de mot sur les prénoms Grace et Grayson, et que l'on pourrait traduire par Gracieusement ou Élégamment Grayson. Et là oui. Nous suivons bien Grayson qui s'épanouie et entre dans la lumière gracieusement par le biais du théâtre. Grayson n'est en réalité qu'au tout début de sa réflexion sur son identité, et ce serait alors pour cette raison qu'elle se pense encore au masculin. Elle n'est donc pas vraiment dans un secret qu'elle cache aux autres, mais plutôt dans la sortie de sa chrysalide à ses yeux à elle. Du coup le propos n'est donc pas aussi superficiellement traité que j'aurais pu le penser au départ, mais faussement orienté par le titre français. Comme quoi des fois ça ne tient pas à grand chose...


Et n'oubliez pas d'aller faire un tour sur les chroniques des filles:


Pat Pépette

Tornado


---------------------------------------------------------------------------

Le secret de Grayson, d'Amy Polonsky. Chez Albin Michel Jeunesse, collection Litt'.

En librairie depuis le 31 août 2018.

336 pages.

9782226318916

15,90€

Où l'acheter?


Thèmes
Pas encore de mots-clés.
RSS Feed